La nature des indiens

C’est assez démodé, mais la façon dont les Indiens se sont comportés envers la nature, leur lieu de vie, est remarquable. Ils étaient apparemment libres de tout intérêt personnel (consommation ou argent)

 

La nature des indiens

d’utiliser la nature de quelque manière que ce soit. Au début, ils ont strictement refusé de vendre leurs terres aux Blancs pour de l’argent. Ils n’avaient pas l’habitude de faire autre chose que de faire du bien à la nature et ils auraient donc pu vendre, mais quand ils ont vu comment les blancs ont fait du mal à leur “mère”, ils ont même pris les armes et se sont sacrifiés par milliers dans la guerre contre les blancs. Mais peut-être auraient-ils dû vendre un petit bout de terre pour pouvoir acheter de meilleures armes avec l’argent. Ils auraient donc pu avoir une petite chance et récupérer les terres qu’ils avaient vendues.

 

La nature a un avantage certain par rapport à la religion de la nature, qui protège et défend la nature. Mais nous ne pouvons pas savoir si Dieu nous a envoyés sur terre pour faire de la recherche, pour coloniser l’espace, pour effectuer des essais nucléaires, pour nous exterminer mutuellement et détruire le monde après un certain temps, ou si nous devons vivre comme les Indiens en totale harmonie avec le monde.

Personnellement, je pense qu’il faut trouver un bon mélange des deux. Pouvoir préserver l’environnement et nos semblables tout en allant dans une école où l’on étudie les abeilles dans les cours de biologie.

Il est important, surtout pour nos descendants, que nous commencions dès aujourd’hui à protéger la nature et à la laisser se régénérer sans renoncer à un niveau de vie élevé, car sinon la plupart des gens ne participent pas, car qui veut se passer de voiture tant que les transports publics sont encore si chers. Mais si tout le monde se passe un peu de voiture (par exemple, le presse-citron électrique), alors nous irons un peu plus loin.

Tout cela peut être complètement indépendant de toute foi, mais cela ne peut pas faire de mal si vous poursuivez ces objectifs, surtout si vous appartenez à un groupe religieux qui met un accent particulier sur la préservation de notre environnement.

Le tout peut également être considéré tout simplement comme une obligation qui doit être respectée par tous les descendants.

 

 

Critique de

– la religion naturelle des Indiens

Ils ne peuvent “obtenir” que les choses les plus nécessaires de la nature. Ils ne doivent pas non plus nuire à la nature, à leur mère. Le grand inconvénient est qu’ils ne peuvent pas s’instruire davantage, car cela exigerait pour eux des choses immorales (par exemple, l’examen du cœur humain).

– À propos du christianisme

Une expansion des connaissances est possible sans nuire à la foi. Toutefois, cela peut aller trop loin et aboutir à la

cause d’énormes dégâts à l’environnement. L’homme ne doit pas oublier qu’il est dépendant de la nature et qu’il se perd sans elle. Car ce n’est pas l’homme qui est immortel et omnipotent, mais Dieu.

 

Comparaison :

La principale différence réside en fait dans le fait que les Indiens sont censés préserver la terre (la nature), alors que dans l’idée biblique de la création, ils attachent également de l’importance à la culture de la terre. Bien sûr, les Indiens devaient cultiver et planter la terre, leur mère, mais ils ne le faisaient qu’avec le strict nécessaire. Comme les Indiens avaient une relation étroite avec leur “mère”, comme avec la mère et l’enfant, ils ont strictement respecté leurs directives.

L’homme chrétien, lui, voulait construire, rechercher, expérimenter, améliorer et moderniser de plus en plus. Mais ce faisant, le peuple chrétien a complètement ignoré la nature. La nature a été de plus en plus polluée et endommagée, et il se peut qu’à un moment donné nous soyons tellement loin que nous périssions nous-mêmes, car la nature est plus puissante que l’homme et elle peut toujours riposter (inondations, périodes sèches, tornades, tremblements de terre, …).

Les Indiens ont vite compris qu’ils ne sont qu’une petite partie de la nature et que s’ils ne la préservent pas, ils meurent avec elle. L’homme blanc, en revanche, voulait et veut toujours être plus rapide que la nature. Il ne veut pas s’embêter avec le fait qu’il n’est pas le plus fort.

Aujourd’hui, nous ne faisons pour la nature que ce qui est absolument nécessaire, afin que notre propre génération ne meure pas. Dans la bible, la terre est considérée comme une chose qui peut être utile à l’humanité et qui doit donc être bien traitée. Mais avec les Indiens, la terre est plutôt une personne, à savoir leur propre mère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *